02080nlm0 22002411i 450 001001200000010001600012100003900028101000600067102000600073105001600079135001600095200008600111210004100197215000900238230002300247301001600270305005900286330109800345336007501443856009301518856011701611856011001728HARMA 77557a9782140493553a20240224d2023 u y0frea0103 baafreafrea z 001z adrun nnnauauaaReligion et prééminence du droit dans le judaïsme antiqueb[Ressource électronique]aPariscEditions L'Harmattand2023a208 p.a[Données textuelles]a9782140493546aVersion électronique de l'édition papier : 9782140493546aLa prééminence du droit est une notion qui sature le discours contemporain relatif à la démocratie libérale, où elle se trouve assimilée à l'idée de garantie des droits fondamentaux. D'où provient cependant l'idée selon laquelle les gouvernants doivent être soumis à un corps de règles et de principes intangibles ? Dans son ouvrage <i>The Origins of Political Order</i> (2011), Francis Fukuyama suggère que cette idée n'a pu s'imposer historiquement que dans des civilisations qui ont été informées en profondeur par une grande religion transcendante. Ce numéro vise à soumettre la thèse de Fukuyama à un cas d'espèce, celui du judaïsme antique. Survit-elle à l'examen d'éminents historiens du Proche-Orient antique, de la Bible, de la loi juive ? Plus largement, dit-elle quelque chose de l'effectivité juridique des idées religieuses ? Peut-elle même conduire à se demander si la croyance et la sacralité ne sont pas nécessaires, au fond, à tout système qui prétend soumettre le pouvoir politique à des principes de droit intangibles ?aType de ressource électronique : données textuelles et iconographiques40uhttps://www.editions-harmattan.fr/catalogue/couv/9782140493546r.jpg2Image de couverture40uhttps://www.harmatheque.com/downloadebook/9782140493546zAccès après authentification2Télécharger au format PDF40uhttps://www.harmatheque.com/readebook/9782140493546zAccès après authentification2Lire ce livre en ligne